Actus

Accusé d’avoir fait un salut nazi, un spectateur du match Nice-OM en détention provisoire

Un spectateur accusé d’avoir fait un salut nazi, lors de la rencontre entre Nice et l’Olympique de Marseille, a été placé vendredi en détention provisoire, a annoncé le procureur de la République de Nice. Il sera jugé pour « apologie de crime contre l’humanité » et « provocation à la haine à l’occasion d’une manifestation sportive ».

Retour sur les faits

La rencontre entre Nice et l’OM a été interrompue à la 77e minute. Des supporters niçois sont entrés sur le terrain après que des joueurs marseillais ont réagi à des jets de projectiles. Le calme est revenu sur le terrain mais la partie n’a finalement pas repris, les Marseillais refusant de revenir sur la pelouse.

Les supporters niçois ont envahi la pelouse, obligeant l’interruption de la rencontre.
Les supporters niçois ont envahi la pelouse, obligeant l’interruption de la rencontre – Crédit photo: VALERY HACHE/AFP

Ce que le football peut offrir de pire. Le dimanche 22 août, à l’occasion de la rencontre de clôture de la 3e journée de Ligue entre Nice et l’OM, l’arbitre de la rencontre a dû interrompre la rencontre après un envahissement de pelouse des supporters niçois.

Jets de projectiles vers les joueurs marseillais

Peu avant le dernier quart d’heure, l’ambiance a donc dégénéré à l’Allianz Riviera. Excédé par les jets de bouteille provenant du public, et cela depuis de longues minutes, Dimitri Payet a renvoyé l’une d’elles vers les tribunes après avoir été touché au moment de frapper un corner. Un geste qui a fait tout basculer et a provoqué l’envahissement de la pelouse par plusieurs supporters du Gym. Benoit Bastien a ainsi interrompu la rencontre.

La tension n’est pas redescendue sur la pelouse de l’Allianz Riviera – Crédit photo: VALERY HACHE/AFP

Un spectateur évacué sur civière

Un spectateur est évacué sur civière, blessé lors du mouvement de foule. La tension n’est pas redescendue à la suite de ces événements. Sur le banc marseillais, Jorge Sampaoli était furieux alors que le staff de l’OM tentait de contenir la colère du coach argentin. Pendant ce temps, les joueurs olympiens rentraient s’abriter vers les vestiaires.

Détention provisoire

Il est poursuivi pour « apologie de crime contre l’humanité » et « provocation à la haine à l’occasion d’une manifestation sportive ». Un homme accusé d’avoir fait un salut nazi lors du match houleux entre l’OGC Nice et l’Olympique de Marseille a été placé en détention provisoire ce vendredi (03/09) en attendant son procès.

« Ce ne sont pas mes idées. C’est un geste de provocation. Et je serai puni de la manière qu’il le faudra », a expliqué le prévenu, selon des propos rapportés par Nice-Matin.

Interpelé jeudi, ce commercial de 31 ans a fait l’objet d’une comparution immédiate ce vendredi. Mais il a obtenu un délai pour préparer sa défense et son procès a été renvoyé au 13 octobre, a indiqué le procureur de la République de Nice.

Deux autres procès à venir

L’association SOS Racisme qui avait porté plainte deux jours après les faits s’est dite « satisfaite de la réactivité de la justice et du placement en détention provisoire » de cet homme. La Licra, le Crif, la Ligue de football professionnel, l’OGC Nice et Sportitude se sont également constitués parties civiles.

Stop au fachos, stop au racisme

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Xavier
1 mois il y a

J’ai le sentiment que, comme souvent dans ce genre de cas, on a saisi la pointe émergeante d’un problème très profondément enraciné (étant ancien Niçois, je sais combien les Brigades Sud sont noyautées par des proches plus ou moins connus de Philippe Vardon et consorts) et que l’on fait une justice à bon compte en laissant le phénomène pourrir dans les entrailles de ce kop gangréné de fascistoïdes. Dans la désignation de ce bras tendu (je ne parle même pas de ce qui serait censé se trouver à l’autre extrémité du bras : un cerveau, de toute évidence absent) il y a, à mon sens (et comme si un condamné sacrificiel allait racheter par sa peine en justice les errances d’un collectif nourri à la haine et à la violence), une sorte de rachat à bon compte d’une conscience de la part d’une ligue qui ferme les yeux sur le problème. Ce au nom du sacro-saint principe des gens de droite qui ne s’assument pas ainsi : pas de politique dans les stades… incantation creuse qui ne fait que laisser, à l’Allianz Arena comme ailleurs, le champ libre aux extrêmes-droites et nous interdit la parole car, nous, nous nous assumons comme des êtres essentiellement politiques, donc politisés. Bien sûr qu’il fallait condamner… mais combien d’autres situations (et je parle à peine de l’OGC Nice, imaginez bien que cela vaut ailleurs aussi) mériteraient des décisions bien plus limpides car agissant sur le collectif en tant que tel… et je parle surtout ici d’éducation, pas tant de répression.

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :