Interview spéciale

Interview exclusive d’Ariane et de la rédaction de Der Übersteiger

Comme nous avons commencé à le faire avec d’autres réalités de la scène des fans du FCSP, nous vous proposons aujourd’hui une rencontre avec Ariane et l’équipe de la rédaction du fanzine le plus ancien et représentatif de cette scène, à savoir Der Übersteiger. Actif depuis 1993, celui-ci a parcouru une bonne tranche de l’histoire de notre club, du quartier et des engagements qui les ont traversés. Voyons quels sont leurs points de vue sur cette histoire et l’actualité de notre club.

Bonjour Ariane et à vous tou-te-s de la rédaction qui avez accepté notre proposition d’interview ! C’est un plaisir que de pouvoir dialoguer avec toi, Ariane, une personne qui vis le club de près puisque tu habites à Hambourg et fais partie de l’équipe de rédaction du célèbre fanzine Der Übersteiger dont tu es aussi photographe. L’équipe de fcspfr.fr te remercie chaleureusement pour avoir accepté de parler avec nous de cette publication fondamentale de la scène des fans du FCSP et de toi, en tant que membre de la rédaction de celle-ci.

  • Avant de commencer à te poser nos questions plus personnelles, j’en ai une qui me taraude au sujet du nom du fanzine. Si je ne dis pas de bêtise, Der Übersteiger est un mot qui est très polysémique en allemand : il peut signifier « excessif, exagéré » en tant qu’adjectif, « le grimpeur » en tant que substantif mais c’est aussi le nom d’un dribble particulier dans le vocabulaire du foot. Comment pourrait-on donc traduire le nom du fanzine en français ?

Ariane : Notre magazine a été nommé d’après le joueur Klaus Ottens à l’époque, ou d’après son surnom «Der Übersteiger», car il était le maître de ce tour de dribble spécial.

Crédit photo : kelocks-autogramme.de

Le pas est simulé pour mettre le ballon sur le côté avec le pied, mais au lieu de jouer légèrement le ballon sur le côté avec le pied, le joueur grimpe sur le ballon. On dirait qu’un pas est fait sur le côté comme lorsque vous vous allongez et que le corps bouge comme si vous grimpiez sur le ballon.

Le mot français pour Der Übersteiger semble être ciseau[1]. En anglais, à savoir scissor – le singulier est important.

Un but de Klaus Ottens en 1991.
  • Ariane, tu es allemande. Après avoir vécu en France, ce qui explique ton excellente maîtrise de notre langue, tu es retournée en Allemagne, à Hambourg et tu connais bien cette ville et le quartier de St. Pauli. Que penses-tu de l’évolution récente du quartier ? Es-tu d’accord si j’affirme, bien que je ne vive pas là-bas, qu’il est peut-être en train de perdre son caractère alternatif authentique pour devenir plus « à la mode » ? Et que la réputation internationale du club de quartier est en partie responsable de cette évolution ? En somme, que penses-tu des relations entre la scène des fans internationale et la vie d’un quartier rebelle dont le FCSP est une vitrine importante ?

Ariane : Je ne suis pas allée de France directement à Hambourg, mais via un détour par Fribourg et Berlin. À Berlin, j’ai vu mon premier match du St. Pauli contre Hertha BSC. C’était en 1990. En 1993, j’ai déménagé à Hambourg et le quartier a bien sûr beaucoup changé depuis, mais ça a toujours été, ça a toujours changé, la seule chose qui est constante c’est que c’était un quartier de divertissement, qu’il l’est et le reste. Le club a certes une influence sur le quartier, mais le quartier aussi sur le club. C’est une fertilisation croisée, parfois plus dans le sens de la mode, du côté branché, parfois plus politique, parfois plus artistique, c’est la grande chose de St. Pauli, à la fois en tant qu’association et en tant que quartier, il y a tellement de facettes, il y a de la place pour tout le monde (sauf pour les nazis).

Amrey : C’est probablement le rôle désormais galvaudé du quartier de divertissement internationalement connu qui change le quartier. Ces quartiers souffrent de la même manière dans toutes les grandes villes.

Le logo du fanzine.
Crédit photo : uebersteiger.de
  • Le club nourrit des relations parfois assez conflictuelles avec ses fans les plus proches et les plus engagé-e-s (cf. la campagne des Sozialromantiker en réponse à Corny Littmann). Comment se passent les choses sous la présidence de Oke Göttlich ? Et, selon toi, comment le club parvient-il (ou pas) à concilier l’état d’esprit rebelle d’un club hors-normes et les impératifs de stabilité dans un monde du football professionnel largement gangréné par un capitalisme effréné ?

Sous Oke Göttlich, le climat entre les supporters et le club s’est amélioré par rapport au mandat de Corny Littmann. Bien sûr, certaines parties de la scène des fans (actifs) ont parfois des conflits ou des désaccords avec le Présidium (voir les derniers événements du derby à domicile de la saison 2018/2019). Cependant, l’accent est mis davantage sur la communication dans le cadre du Présidium actuel, même si cela n’est pas toujours possible.

Sans aucun doute, l’équilibre entre les rebelles et les professionnels est incroyablement difficile pour le club. Parce que les visions du monde entrent en collision. Les excès du football professionnel contredisent le caractère rebelle du club. D’un autre côté, le football professionnel en tant que plateforme permet également de présenter les positions et les valeurs du club à un large public. Il s’agit d’un argument crucial pour pouvoir accepter la participation au football professionnel.

De nombreux crapauds ont dû être avalés ces dernières années, comme Under Armour en tant que sponsor. De nombreux courants au FCSP sont repris et soutenus par le Présidium.

  • D’ailleurs, le modèle de gouvernance des clubs de football en Allemagne prévoit une participation importante, voire fondamentale, des fans dans les décisions qui impactent la vie des clubs. Et le FC St. Pauli est situé dans un quartier où cela est pris très au sérieux. Comment les fans se font-ils entendre aujourd’hui ?

Ratzfatz : entre autres, par l’utilisation des institutions, certaines créées par eux-mêmes : l’assemblée générale (y compris par les propositions), le Fanladen, le conseil des porte-parole des fanclubs (Fanclubsprecherrat), le comité permanent des fans, les groupes de travail, les tables rondes, les discussions informelles, les fanzines, les affiches sur les murs du quartier…

Crédit photo : uebersteiger.de
  • À ce sujet, comment se positionne Der Übersteiger dans ce contexte où la scène des fans joue un rôle de contre-pouvoir fondamental ?

Hog : Le club et le présidium perçoivent toujours l’importance de Der Übersteiger et l’intègrent dans les discussions. Même si l’influence de l’Übersteiger a diminué de plus en plus au cours des dernières décennies. Nous sommes devenus beaucoup plus âgés et il existe des fanzines comme Kiezkieker, basch et Out of Control qui plaisent à un public plus jeune.

Der Übersteiger a toujours été un porte-parole de la scène des fans envers les officiels du football. Nous avons toujours essayé de mettre un doigt dans la plaie et d’attirer l’attention sur les choses qui vont mal. Non seulement avec les officiels, mais aussi à l’intérieur de la scène des fans. Nous avons abordé et réglé des choses qui, à notre avis, allaient mal.

  • Comment une publication indépendante comme Der Übersteiger a évolué en 28 ans d’existence ? Quels sont, selon toi, le quotidien et le futur d’un tel fanzine dans un contexte général où une partie des fans a tendance à se comporter de plus en plus comme consommatrice de services plutôt que comme actrice de sa passion ? Cela risque-t-il de se produire à St. Pauli ou bien le quartier et les fans du club ont-ils conservé une capacité forte à s’auto-organiser pour défendre leur culture et leurs valeurs ?

Hog : 27 ans maintenant. Il est difficile de maintenir en vie un magazine comme l’ÜS. Les médias numériques sont plus rapides et plus utilisés par les plus jeunes. La rédaction a également du mal à terminer les numéros du fanzine. Les supporters viennent rarement. Cela nous rend parfois très découragés. Mais lorsque nous avons de nouveau publié un fanzine et que nous recevons un grand nombre d’encouragements pour continuer, alors cela en valait la peine !

Affiche des 25 ans du fanzine.
Crédit photo : uebersteiger.de

À l’époque des réseaux sociaux, un fanzine imprimé est une voix parmi beaucoup d’autres, n’a plus une forte autorité et n’aspire pas à l’avoir. Il y a 27 ans, le magazine était le seul moyen pour beaucoup d’obtenir des informations.

  • Plus personnellement maintenant, comment vis-tu ta passion pour le FCSP ? Comment es-tu devenue fan de ce club ?

Ariane : Je suis devenue fan en 1990. Je n’étais devenu fan de football que peu de temps auparavant, à cause de la Coupe du monde, que je devais regarder parce qu’il pleuvait et que tout le monde regardait le football. J’ai tout de suite été fan de toutes les équipes outsiders et bien sûr du Cameroun et de Roger Milla. Mais je ne me sentais pas une merde nationaliste et je me suis retrouvée dans le bloc de St. Pauli contre le Hertha BSC. Là, les fans du Hertha ont crié : « Vous êtes tous au chômage » et les fans de St. Pauli ont répliqué : « Contribuables ! Contribuables ! ». Je pense que c’est le moment où j’ai enfin su que c’était mon club ! Au fil des décennies, ma façon d’être fan et le club ainsi que les groupes de fans ont subi des changements. On vieillit aussi. J’allais beaucoup plus souvent à l’extérieur avant et j’ai orienté ma vie en fonction des matchs à domicile, j’étais beaucoup plus active dans le fan club, etc. Le football n’est plus si important pour moi, certaines choses à St. Pauli me mettent aussi les nerfs et les émotions sont plus faibles. Mais St. Pauli a eu une influence significative sur ma vie en 30 ans de fan, et en fait toujours pour le mieux.

Stefan : Nous, Der Übersteiger, vivons la passion du FCSP différemment. Beaucoup d’entre nous ont un abonnement et sont présents à chaque match à domicile, d’autres travaillent le jour du match au Millerntor. Ensuite, nous avons également des membres de la rédaction qui vivent plus loin du Millerntor et, bien sûr, ne sont pas souvent aux matchs à domicile et sont plus susceptibles d’être présents aux matchs à l’extérieur. L’équipe éditoriale est donc mixte et la passion est vécue en conséquence.

Amrey : À la fin des années 80, mon affinité de base pour le football a coïncidé avec deux histoires d’hommes qui m’ont amené à la Nordkurve. Les hommes sont partis, je suis restée. C’est encore le cas aujourd’hui.

Crédit photo : uebersteiger.de
  • Comment envisages-tu l’avenir de la scène des fans du FCSP, étant donné qu’elle est traversée, comme tout ensemble composite, par des contradictions ?

L’avenir d’une scène de fans signifie beaucoup de travail pour maîtriser les tâches à venir. Les réseaux sociaux ont créé une incroyable dynamique ces dernières années. Quelque chose change presque tous les jours. L’influence de la scène des fans de l’extérieur a augmenté. Mais le plus important est la cohésion des fans. Cela doit rester et être consolidé. Une faille dans la scène des fans serait désavantageuse pour tout le club.

D’un autre côté, les contradictions sont également bonnes. Être sauvage, créatif et inconfortable a toujours été la force de la scène des fans du FCSP.

  • Pour finir, si tu avais un message à passer à un groupe de fans du FCSP qui ne vit pas à Hambourg, quel serait-il ?

Ratzfatz : Un club de football socialement pertinent est possible !

Stefan : C’est absolument possible grâce à la plateforme du football professionnel. Les affaires permettent aux fans de diffuser les valeurs à travers le club et de les diffuser dans le monde. Cela peut harmoniser la passion de tous les fans du FCSP.

Amrey : Nous nous verrons autour d’un rosé dans le bar à vin du Musée lorsque vous serez à Hambourg. Ou dans votre pub FCSP local lorsque nous nous arrêterons chez vous.


[1] En fait, après recherches, il s’agit plutôt de la « roulette ». (NdT)

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :