Paulitiques

Soutien à la lutte du peuple kurde ! vive le Rojava !

L’année dernière notre club préféré, le Sankt-Pauli, a mis un carton rouge en pleine saison à Cenk Sahin, notre ailier. Ce joueur turc a été viré du club…. La cause ? Il avait soutenu sur les réseaux sociaux l’invasion de l’armée turque d’Erdogan contre les kurdes du Rojava. Il a été dans un premier temps mis à pied puis son contrat a été rompu. Comment en effet imaginer qu’un joueur du Sankt-Pauli puisse soutenir l’assassin Erdogan et l’impérialisme turc ? Comment imaginer que l’un de nos joueurs puisse refouler la pelouse du Millerntor et que nous, supporters du Sankt-Pauli, puissions le soutenir alors que nous sommes antifascistes et anti-impérialistes ?

Pour comprendre ce qui s’est joué il faut revenir sur la situation le Kurdistan syrien et de ce qui s’y passe depuis 2012… En 2011 et 2012 une véritable révolution a eu lieu dans le Rojava (« l’Ouest » en kurde) ou Kurdistan syrien. Avec la guerre civile en Syrie, les Kurdes vont chasser le pouvoir syrien, déclarer l’autonomie. La région va être dirigée de manière démocratique par le YPG (Unité d’autodéfense du peuple). Les militants du YPG appliquent une politique laïque fondée sur des principes démocratiques, une forme de socialisme démocratique où l’égalité des sexes est la norme et où l’écologie prend une place importante. On comprend donc pourquoi les intégristes de Daech (lors de la bataille de Kobané en 2014) et les ultras-conservateurs islamistes emmenés par Erdogan en Turquie (en 2018 à Afrin) mènent une guerre sans merci contre un peuple qui lutte en même temps pour sa liberté et pour établir un régime alliant socialisme et démocratie. Ce qu’il appelle le communalisme.

Les Kurdes du YPG mène une véritable révolution avec des conseils populaires qui gèrent ressources agricoles et énergétiques de manière autonome et coopérative. Dans les unités combattantes, les femmes sont à égalité avec les hommes. Le YPG compte 60.000 hommes et femmes dans ses rangs pour défendre sa révolution. Des unités internationales existent : des Turcs, des Espagnols, des Grecs, des Allemands, des Albanais, des Arméniens, des Français, ont rejoint le YPG. Un militant de la gauche Bretonne Kendal Breizh (Olivier Le Clainche) y laissera la vie. Évidemment pour toute personne intéressée à la construction d’un nouveau monde juste plus égalitaire, anti sexiste, ce qui se passe au Rojava est un exemple : il s’agit d’une véritable tentative révolutionnaire du 21ème siècle.

Les supporters du Sankt Pauli ne s’y sont pas trompés, eux qui portent et qui prônent les mêmes idées que celles défendues dans le Rojava. Il suffit de se promener dans le quartier pour voir le long de l’Elbe sur l’un des squats les plus connus une énorme fresque à la gloire du YPG, Les supporters du Sankt-Pauli ont fait partie de celles et ceux qui, quand Daesh ou Erdogan attaquait le Rojava, ont fait des tifos pour soutenir la révolution. Le drapeau du YPG flotte régulièrement dans les manifestations à Hambourg ou dans notre stade.

Les supporters du Sankt-Pauli fidèles à leur valeur d’antifascisme d’anti-sexisme et d’anti-impérialisme soutiennent les peuples en lutte comme c’est le cas dans cette région du monde !

« Murals » en soutien au peuple kurde dans Sankt-Pauli/Tifos en soutien au Rojava/Drapeaux du YPG au Millerntor et en manifestation à Hambourg/ Kendal Breizh, militant de la gauche bretonne tué à Afrin par l’armée d’Erdogan

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :